ATTENTION ! COTON

Publié le 09/03/2016

Le coton dit CONVENTIONNEL est issu d'une méthode de culture de très loin la plus utilisée, puisqu'environ 99.9% du total de la production cotonnière mondiale en relève.

Cette méthode a recours de façon intensive à l'irrigation, ainsi qu'à l'usage de grandes quantités de produits agrochimiques: engrais de synthèse, insecticides, pesticides. Alors qu'elle occupe moins de 2.5% des terres cultivées au monde, la culture conventionnelle du coton consomme environ 9% des pesticides, 20% des insecticides, et 8% des engrais chimiques utilisés mondialement.

Cette proportion très importante de produits agrochimiques dans la filière du coton a des effets néfastes sur la santé humaine et l'écosystème mondial.

- pollution résiduelle des sols et de l'eau

- destruction des insectes utiles

- apparition de variétés résistantes aux insecticides comme aux herbicides

- salinisation des sols par l'irrigation intensive et le drainage, appauvrissement des sols par la monoculture, érosion

Quant à la toxicité directe de trop nombreux composés agrochimiques, et à leur utilisation souvent sans protection dans des contextes socio-culturels trop peu avertis, les chiffres avancés par l'Organisation Mondiale de la Santé sont éloquents: entre 25 et 77 millions de travailleurs agricoles dans le monde seraient victimes chaque année d'empoisonnement aigu par les pesticides, un million d'entre eux seraient hospitalisés pour cette raison,         et 10 000 en décéderaient.

Les conséquences environnementales, sanitaires et sociales de la culture conventionnelle du coton telle qu'elle est pratiquée partout dans le monde sont si préoccupantes qu'elles risquent de compromettre l'existence même de la filière cotonnière.

Au point que la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) et l'ICAC (Comité consultatif International du coton) se sont saisies du sujet et ont élaboré en 2015 un rapport visant à définir un cadre permettant l'évaluation, sinon la mesure, de la durabilité des systèmes de culture du coton.

Ce rapport, dit "rapport coton", a le mérite d'exister et de pointer les risques identifiés vis-à-vis de la durabilité de la culture cotonnière, mais ce n'est qu'un rapport d'expert. Toutefois, certains des indicateurs dont il préconise la mesure sont révélateurs. On y trouve ainsi, parmi de très nombreux autres indicateurs, et pour ce qui se rapporte aux pesticides:

- au titre de la santé et de la sécurité:

- nombre total de décès sur les exploitations cotonnières, par an
- pourcentage des producteurs observant les pratiques recommandées pour le mélange des pesticides, leur application, et le nettoyage des équipements

- quantité des matières actives des pesticides extrêmement dangereux mis en oeuvre

- au titre de la biodiversité:   

- morts de poissons dues aux pesticides cotonniers     

Ce ne sont là que quelques exemples, les rubriques étant, hélas, nombreuses: contamination de l'environnement, exposition des humains, épuisement des ressources en eau, salinisation des sols, érosion des sols, réduction de la pauvreté, travail des enfants, etc.

Nous reviendrons sur ces diverses rubriques, tant la culture conventionnelle du coton donne matière à information et réflexion.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.